Informations sur le droit de greve

 

 

Tout savoir sur le droit de greve


Le droit de grève est un droit fondamental acquis par les salaries, mais son application répond à des règles.



L'employeur à interdiction d’utiliser des employés temporaires et à contrat à durée déterminée pour remplacer les grévistes. Il convient de noter que la grève patronale est interdite, sauf dans des cas très spécifiques correspondant à des raisons de sécurité ou de force majeure.

La grève est une cessation complète d’activité des employés.

La grève a pour but de défendre les revendications professionnelles, par exemple, sur la rémunération, les conditions de travail, l'horaire ou les heures de travail, la situation de l'emploi. La protestation contre des décisions purement politiques (actes de gouvernement, administration) n'est pas un motif légitime de grève. Les demandes doivent être soumises à l'employeur (par les grévistes ou les syndicats) avant le début du mouvement. Cependant, une tentative de conciliation n'est pas obligatoire.

La grève doit être suivie par au moins deux employés. L'arrêt de travail peut être limitée à une fraction du personnel (un atelier, une classe de la minorité du personnel,...) même. Mais l'arrêt de travail d'un salarié n'est pas une grève, sauf si l'action est à la suite d'une devise nationale ou concerne le seul employé de l'entreprise. Le salarié gréviste subi une diminution de sa rémunération proportionnelle à la durée de la grève. Toutefois, la grève ne peut justifier par la suite une réduction ou même l'élimination des primes liées à une condition de présence du salarié (prime de participation, de performance): ceci est licite si toute absence (maladie, événement familial,...) entraîne les mêmes conséquences.